Versión Española Versión Mexicana Ibercampus English Version Version française Versione italiana

22/10/2019  
    à Ibercampus à  | Comité de rédaction | Qui sommes-nous? | Idéologie | Contactez | Souscrire | RSS RSS
Politiques
Les politiques d´inclusion
I+D+i
Capital humain
Économie
Culture
Stratégies vertes
Santé
Société
Sportif
Procédure
Entrevues
Éducation
Bourses d´études et de pratiques
Emploi et formation
Amérique latine
Évolution chez les jeunes
Entreprises et RSE
Universités
Appels
 Empresas y RSC
ALSTOM
ARCELORMITTAL
BNP PARISBAS
BOUYGUES
CARREFOUR
CREDIT AGRICOLE
DANONE
EADS
EDF
GDF
HERMÈS
LA POSTE
LAFARGE
LMVH
L'ORÉAL
MICHELIN
ORANGE
PERNORD RICARD
RENAULT
SAFRAN
SANOFI
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE
TOTALE
VEOLIA
VINCI
VIVENDI
 Universidades





















































LIVRES

Jeunes, on vous ment !


Sauf à sortir de médecine, de pharmacie ou à réussir un concours d´enseignement ou administratif (un seul poste pour plusieurs milliers de candidats...), les études supérieures, en France - et surtout les études littéraires - ne procurent pas d´emploi, ou alors des emplois au rabais, quand ils ne sont pas précaires. C´est une escroquerie que de ne pas le dire. C´en est une, plus grave encore, que de ne rien changer.
Redacción 29/7/2013 envoyer à un ami
Comparte esta noticia en TwitterComparte esta noticia en FacebookComparte esta noticia en TwitterAñadir a del.icio.usAñadir a YahooRSS
Jeunes, on vous ment !
Après bien des alertes dont on n´a pas voulu tenir compte, le rejet du CPE a révélé la prise de conscience par les jeunes de l´impasse où on les conduit. Les meilleurs vont vers les STS ou les IUT, vers les classes préparatoires aux grandes écoles (à ces derniers, la nation consacre en moyenne plus de 12 000 euros par an alors que les étudiants des facultés ont à peine droit à 6 000 euros !). Et comme la société n´a pas fait l´effort d´aider les autres à s´orienter en temps utile, comme les droits d´inscription sont modiques, les élèves déferlent en masse vers des universités aux budgets misérables qui les sélectionnent par l´échec après leur avoir fait perdre leur temps.

Sauf à sortir de médecine, de pharmacie ou à réussir un concours d´enseignement ou administratif (un seul poste pour plusieurs milliers de candidats...), les études supérieures, en France - et surtout les études littéraires - ne procurent pas d´emploi, ou alors des emplois au rabais, quand ils ne sont pas précaires. C´est une escroquerie que de ne pas le dire. C´en est une, plus grave encore, que de ne rien changer. Et c´est pour les étudiants un dangereux mirage que de croire que le statu quo les protège.

Autres questionsLivres
Le capital fictif, Comment la finance s´approprie notre avenir.
Comment sommes-nous devenus si cons?
Une France sous influence
Merci pour ce moment
Le mal napoléonien
Moi, Malala, je lutte pour l´éducation et je résiste aux talibans
Au revoir là-haut
Les Sept piliers de l´éducation
La philosophie de l´éducation
Fundraising

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter
L´inclusion financière
Égalité de traitement entre égaux
Carlos Trias
Voulez-vous un blog de votre choix et de lire dans tous les collèges?
Découvrez ici
LIVRES
Le capital fictif, Comment la finance s´approprie notre avenir.
Comment sommes-nous devenus si cons?
Une France sous influence
Merci pour ce moment
Le mal napoléonien
Moi, Malala, je lutte pour l´éducation et je résiste aux talibans
THÈSES ET MÉMOIRES
Mentions légales | Politique de confidentialité | Comité de rédaction | Qui sommes-nous? | Idéologie | Contactez | Tarifs Flyer | RSS RSS